Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui raconte?


Fanny Borius, journaliste. Diplômée de l'IUT de journalisme de Bordeaux (2005-2007), aujourd'hui IJBA. 

Edito
Ma case départ

CV

Bienvenue !

Vous êtes sur le blog de Fanny Borius, "Voir et raconter ".

Il s'agit ici de regarder le monde et de le raconter. Raconter la richesse de ces hommes, de ces vies, de manière forcément subjective mais le plus honnêtement qui soit. 
Vous avez à votre choix plusieurs destinations, plusieurs formes de reportages, plusieurs points de vues actualisés au fil des jours. Pour des voyages proches ou lointains, peu importe. Le principe est le même : rendre compte de ce qui se passe autour de soi au détour de la rue ou de l'autre côté du globe. 
Bonne lecture et n'hésitez pas à laisser des commentaires.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur l'
Edito et sur Ma case départ.

Archives

13 juin 2011 1 13 /06 /juin /2011 12:28

 

Publié dans le hors-série 'Fête de la nature' du magazine Terre Sauvage, Mai 2011

 

 

          NATURE ET HANDICAP : LES MENTALITES CHANGENT

 

En France, 10% de la population est en situation de handicap qu’il soit visuel, auditif, moteur ou mental. Comme tous, ces personnes ont droit à un accès aux sites naturels du pays.

 

Le label Tourisme & Handicap créé en 2001 avait été précurseur de la volonté d’accueillir le tout public. La loi du 11 février 2005, relative à l’égalité des droits et des chances, à la participation et à la citoyenneté des personnes handicapées, va plus loin en bouleversant les mentalités. Sur la base de critères rigoureux, elle établit un mot d’ordre : « l’accès à tous pour tout » d’ici 2015. Dans le cas des sites naturels, cela s’accompagne inévitablement de la préservation du paysage. C’est « le gros enjeu » selon Marine Musson, responsable de la valorisation du patrimoine au Conservatoire du Littoral, « il faut faire du cousu-main ».

 

Dans cette perspective, la ville de Fouesnant en Bretagne fait figure de bonne élève. Depuis 2008, le sentier du bois de Penfoulic dans le Finistère, propriété du Conservatoire du Littoral, est accessible à tous les handicaps et en totale autonomie, tout en gardant l’esprit du lieu. Ainsi, un discret talus haut de quelques centimètres suit tout le sentier et sert de fil d’Ariane aux déficients visuels. Des panneaux informatifs jalonnent la balade et sont repérables par des bornes podotactiles. Poney, rouges-gorges, mésanges y sont représentés en relief et en braille. Les données sont simples et mises en valeur pour permettre au déficient mental une bonne compréhension de l’espace. Le chemin est aussi facilement emprunté par les personnes à mobilité réduite grâce à une pente de moins de 4% et un espace assez large qui permet à deux fauteuils de se croiser. Enfin, le déficient auditif peut compenser par le visuel offert par les panneaux et « s’imprégner de la très belle végétation, des pâturages et des belles marées lorsque la mer entre dans le bois », explique passionnément Lucienne Moisan dite « Lulu », guide animatrice sur le site. « Grâce à ces aménagements, la balade devient familiale pour tous et les barrières entre handicapés et valides tombent ».

 

C’est aussi l’objectif affiché d’Eric Jourdan, éco-guide de la mer. Après une démarche expérimentale longue de 2 ans, le sentier sous-marin de la calanque du Port-d’Alon, dans le Var, ouvre cet été à tous les publics. En effet, des aménagements ingénieux ont été réalisés qui assurent notamment à la personne à mobilité réduite une entrée et une sortie de l’eau en situation d’autonomie. Equipée de combinaison, masque et tuba, elle suit le groupe de valides, à la découverte de l’environnement marin : herbiers de Posidonie, fonds rocheux et ressources halieutiques.

 

parabolemarquenterrePour les amateurs d’oiseaux, le Parc du Marquenterre, en baie de Somme, propriété du Conservatoire du Littoral, paraît incontournable. Situé sur un polder, il n’est pas accessible en autonomie, en raison des zones humides et des dunes. L’accent est donc mis sur l’accueil humain avec des guides permanents, formés à l’accessibilité. La visite « L’éveil des sens » attire ainsi de plus en plus de déficients visuels et auditifs et de polyhandicapés. Equipé d’une parabole acoustique, le guide fait partager la faune environnante, décrit les paysages et permet le plus possible de jouer sur les sens, tandis que les visiteurs ont chacun un casque récepteur leur permettant de se sentir au plus près de la nature. Une visite que ne renierait pas Roger, 80 ans, non-voyant : « J’adore entendre les oiseaux et je préfère partir sur des sites en groupes pour qu’on puisse me les décrire. Beaucoup de choses sont faites pour nous ».

 

A la réserve ornithologique du lac de Saint-Cyr dans la Vienne (40 hectares), la Ligue pour le Protection des Oiseaux propose deux sentiers : l’un accessible en totale autonomie et un autre avec l’aide d’un guide. Cette fois-ci, des observatoires en bois sont disposés le long de la promenade et dans lesquels il est possible de circuler en fauteuil. Chacun peut ressentir le ballet des oiseaux au fil des saisons : haltes migratoires des oiseaux aquatiques au printemps et à l’automne, parade nuptiale des grèbes et des foulques, séjour des hivernants qui fuient le froid nordique... Pour garantir l’égalité face à l’information, la signalétique présente une traduction intégrale des textes en braille et une mise en forme appropriée pour les malvoyants. Un plan en relief permet également à tous de se représenter l’ensemble du site et de repérer les cheminements et les haltes proposées.


Et la LPO n’est pas en reste puisque d’autres projets sont à l’étude comme les sites de l’Ile Grande (Côtes d’Armor), du marais poitevin ou encore la réserve naturelle de Moëze-Oléron (Charente-Maritime).

 

Fanny Borius

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Fanny - dans Reportages
commenter cet article

commentaires

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -